La grève du climat est favorable au tirage au sort en politique pour une meilleure représentation et une dépersonnalisation de la politique, tout comme l’était la liste de transition citoyenne Vaud qui a comme objectif de:

« dénoncer une situation insatisfaisante et proposer une alternative pour y remédier. Nous dénonçons les biais et les limites du fonctionnement actuel de la démocratie semi-directe :

  • Le Parlement suisse est composé à 72% d’hommes.
  • Seul.e.s 11 élu.e.s sur 245 ont moins de 35 ans (soit 4,5%).
  • Les parlementaires sont influencé.e.s par les lobbies, notamment dans le cadre des campagnes dont le financement n’est pas transparent.
  • La durée des mandats (4 ans) et la possibilité de se représenter freine la prise en compte du long terme dans la prise de décision.

Le déficit de représentation (sexe, âge, mais aussi profession, état civil, religion, etc.), les liens privilégiés avec les élites économiques et les logiques carriéristes poussent les parlementaires à légiférer différemment de ce que souhaitent les citoyen.ne.s. Ces biais figurent parmi les facteurs qui expliquent le faible taux de participation aux élections fédérales (42.9% des Vaudois.e.s ayant le droit de vote en 2015). Au vu des grands enjeux sociaux et écologiques du XXIe siècle, il est urgent de changer les règles du jeu politique afin que la population – et en particulier les femmes et les jeunes – soit mieux représentée.

Pour tendre vers une démocratie fondée sur la transparence et l’égalité, nous proposions l’alternative du tirage au sort des parlementaires et de la limitation du nombre de mandats. »

Pour aller plus loin :

Fermer le menu