Communiqué de Presse – Journée internationale des luttes paysannes

Vendredi 17 avril 2020 – Aujourd’hui a lieu la journée internationale des luttes paysannes, à la mémoire des 19 membres du Mouvement des sans terre, assassiné·e·x·s au Brésil en 1996. En cette date symbolique, le mouvement Agriculture du Futur lance un réseau solidaire pour l’agriculture, et organise, dans le cadre d’actions coordonnées chaque 17 avril par La Via Campesina, une journée d’entraide et de discussions aux champs, en collaboration avec Uniterre et le MAPC (Mouvement pour une Agriculture Paysanne et Citoyenne).

En 2020, année charnière pour l’agriculture suisse, cette journée tombe pendant une crise sanitaire d’une rare gravité. Cette situation exceptionnelle et tragique – qui résulte, comme de nombreuses crises actuelles, d’un long processus de destruction de nos écosystèmes (favorisant notamment l’apparition de zoonoses, qui ont presque triplé pendant les 40 dernières années)(1) – met en valeur la dépendance critique à une main d’œuvre bon marché et à une énergie abondante sur laquelle repose le système agroalimentaire actuel.

La pression constante pour des prix bas exercée par les grandes surfaces ne permet pas aux agriculteurices de vivre de leurs récoltes. Les salaires dans le monde agricole sont parmi les plus bas de Suisse, alors que le temps passé à travailler est parmi les plus élevés. Dès lors, faire appel à de la main d’œuvre étrangère s’avère nécessaire, tout comme l’est le travail bénévole de nombreuses conjointes (2) .

Les mesures prises par les autorités pour répondre au Covid-19 compliquent encore la situation. Certain·e·x·s producteurices font face à une demande croissante et à l’obligation d’organiser leurs propres points de ventes, avec la difficulté de respecter les conditions sanitaires rendues nécessaires par la pandémie, tandis que certain·e·x·s ouvrier·e·x·s agricoles saisonnier·e·x·s sont dans l’impossibilité de venir en Suisse. Les agriculteurices qui fournissent principalement les restaurants font face au problème inverse. Une situation épineuse auquel le Conseil fédéral a jugé bon de répondre par deux mesures contradictoires, d’une part le déblocage de fonds pour la conservation alimentaire notamment la congélation des produits carnés, et de l’autre la suppression de certaines taxes douanières (3) . Tout cela s’inscrit dans le contexte déjà existant d’une politique libérale : des accords de libre-échange permettant l’importation de produits moins chers et de mauvaise qualité venant concurrencer directement les producteurices, qui doivent répondre aux exigences et aux prix imposés par la grande distribution, tandis que cette dernière s’abrite derrière ses marges pour rester un des rares secteurs à ne pas souffrir de la crise4 .

Face au confinement une tendance encourageante se dessine tout de même : le nombre de personnes se tournant vers l’agriculture de proximité explose. Un plébiscite de facto pour la souveraineté alimentaire, une valeur clé pour l’organisation Agriculture du Futur et qui avait d’ailleurs été approuvée par 4 cantons romands en 2018.

A l’occasion de cette journée de lutte, le mouvement Agriculture du Futur – composé de militant·e·x·s de la grève du climat et de producteurices de tous bords, luttant ensemble pour concrétiser la vision d’une agriculture sociale, paysanne et agro-écologique – organise une grande journée d’entraide et de discussions aux champs, et célèbre le lancement d’un nouveau réseau solidaire. Cette plateforme en ligne vise à mettre en relation des fermes qui ont un besoin urgent de main-d’œuvre avec des citoyen·ne·x·s solidaires.
Les volontaires ainsi que les fermes souhaitant en accueillir peuvent dès à présent :

  • s’inscrire sur la plateforme en ligne https://agriculturedufutur.ch/reseau-solidaire,
  • envoyer un mail à [email protected],
  • visiter le groupe Facebook www.facebook.com/groups/535013683870552/

« Je veux manger local, je veux soutenir les paysan·ne·x·s (et pas qu’en temps de crise) »
sera le slogan de cette journée qui verra une multitude d’événements se dérouler partout en Suisse romande.

Le but est d’offrir une aide symbolique aux paysan·ne·x·s et de mettre en lumière la nécessité de revenir à une agriculture paysanne et citoyenne, l’absurdité de la fermeture des marchés urbains, l’injustice de la priorisation des grandes compagnies de l’agroalimentaire sur les producteur·rice·s de proximité et la nécessité d’inverser la tendance et de tendre vers la souveraineté alimentaire. Agriculture du futur organise également, pour celleux qui souhaitent s’informer depuis la maison, des conférences virtuelles en collaboration avec Uniterre. Celle du vendredi 24 avril portera sur les risques de pénurie alimentaire. Un podcast sur l’impact de la crise sur le quotidien et le travail des agriculteur·rice·s a été réalisée par nos membres, pour donner la parole à des paysan·ne·x·s il sera disponible dès vendredi.

L’agriculture doit redevenir une activité visant à nourrir et non à générer du profit, elle doit se démocratiser, les producteur·rice·s doivent être considéré·e·x·s comme essentiel·le·x·s et les aider doit être prioritaire.

Découvrez le communiqué de presse de nos ami·e·x·s du syndicat paysan Uniterre à propos de la journée: https://uniterre.ch/fr/thematiques/communique-de-presse-17-avril

Contact médias : [email protected]

1 www.courrierinternational.com/article/entretien-dennis-carroll-biologiste-lepidemie-actuelle-etait-previsible
2 Statistiquement ce sont majoritairement des femmes qui réalisent des tâches invisibilisées, sans toucher de salaire ni de prestations sociales, de plus 3 agricultrices sur 4 ne perçoivent pas de salaire https://www.tdg.ch/suisse/trois-femmes-paysan-4-salaire/story/28856073
3 https://www.blw.admin.ch/blw/fr/home/services/medienmitteilungen.msg-id-78647.html
4 https://www.lacote.ch/dossiers/coronavirus/articles/coronavirus-ces-entreprises-qui-ne-connaissent-pas-lacrise-923549

Communiqué de Presse – Journée	internationale des luttes paysannes
Fermer le menu