Une année de Grève du Climat

Le mouvement est parvenu à mobiliser et à polariser à grande échelle au cours de l’année écoulée et a obtenu une grande réussite en particulier : le climat est devenu le principal sujet du débat public. Cependant, aucune mesure politique concrète n’a encore été prise, donc le mouvement de Grève du Climat se poursuit !

Bilan d’une année mouvementée

Tout a commencé dans différentes villes suisses en décembre dernier, lorsque plusieurs centaines d’écolier·ère·s ont suivi un appel diffusé par le biais de groupes Whatsapp et sont descendu·e·s dans la rue pour la première fois. Iels ont réalisé que leur avenir était en jeu : la crise climatique qui s’aggrave de plus en plus menace les bases de la vie de chacun·e d’entre nous, mais à cause d’intérêts personnels, les personnes qui sont au pouvoir ferment les yeux et ne prennent guère de mesures pour résoudre le problème. En fait, ça ne devrait pas être la tâche des élèves de résoudre la crise climatique, mais les manifestations devraient être un signal d’alarme pour la société et la politique.

De décembre à mai, outre les petites actions locales, il y a eu presque tous les mois des grèves ou des manifestations nationales ou mondiales, qui ont provoqué beaucoup d’agitation. En arrière-plan, le mouvement s’est formé et s’est donné une structure. Lors de cinq réunions nationales, les militant·e·s se sont mis d’accord sur leurs revendications fondamentales :

Nous exigeons que la Suisse déclare une urgence climatique nationale.

Nous exigeons que d’ici 2030, la Suisse émette des émissions nettes nulles de gaz à effet de serre sans utiliser de technologies de compensation. Les émissions nettes de gaz à effet de serre doivent diminuer d’au moins 13 % par année entre le 1.1.2020 et le 1.1.2024, puis d’au moins 8 % par année jusqu’au 1.1.2030. Toutes les pourcentages se réfèrent aux émissions de 2018.
Nous exigeons la justice climatique.

Si ces demandes ne peuvent pas être mises en œuvre dans le système existant, un changement de système est nécessaire.

L’année dernière, le mouvement de Grève du Climat a pu mobiliser dans une ampleur rarement vue en Suisse. Près de 100 000 personnes ont participé à la manif nationale « climat de changement », une manifestation centralisée pour le climat, le 28 septembre 2019 à Berne.

Succès et déceptions

Le mouvement a marqué l’année 2019 en Suisse comme aucun autre sujet. Le climat est devenu le centre du débat public et les médias et les politicien·ne·s ont été obligés de prendre position. La grande attention que le mouvement a reçue est probablement son plus grand succès. En outre, il y a eu un certain nombre de succès politiques ; par exemple, de nombreuses villes ont déclaré une urgence climatique. Mais des mesures efficaces de protection du climat au niveau national se font toujours attendre.

Encore loin du but

Pour les militant·e·s climatiques, une chose est claire : tant que leurs revendications ne seront pas satisfaites, iels persévéreront. Les politicien·ne·s sont encore loin de mettre en œuvre des mesures qui conduiraient à un bilan net nul des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Il existe pourtant de nombreux domaines dans lesquels des mesures pourraient être prises, par exemple la place financière suisse. A cet égard, la Grève du Climat a élaboré des revendications pour les politicien·ne·s et les institutions financières : les flux financiers doivent devenir transparents et respectueux du climat, ce qui nécessite également des réglementations afin d’économiser de grandes quantités de CO2 et de prévenir d’autres dommages environnementaux.

L’année prochaine la lutte continue : le 15 mai 2020 aura lieu la Grève pour l’avenir, le projet le plus important et le plus grand du mouvement de Grève du Climat à ce jour. Des gens de tous les horizons doivent participer à cette journée nationale d’action, à l’instar de la grève des femmes. Cela enverra un signal fort supplémentaire et augmentera de nouveau la pression. La coopération avec d’autres acteur·trice·s et la constitution de groupes locaux battent déjà leur plein.

Une année de Grève du Climat
Fermer le menu